Erevan Tusk

2015, pop érudite : Erevan Tusk affûte ses titres pour un retour, flamboyant et électrique, sur le devant de la scène française. Passées les frondaisons folk de leur premier album (Fortify Your Innocence, 2012), c’est la fuite des cerveaux vers des contrées éthérées, entre rêve et cauchemar. Une dualité qui colle au groupe et à ses deux chanteurs ; un paradoxe qui lui permet, en creux, le jeu subtil de la subversion.

Avec ce nouvel EP, Jim (chant, guitare), Pacôme (chant, guitare, claviers), Pierre (guitare, claviers), Nicolas (basse) et Alex  (batterie) amorcent volontairement un virage : «Nous nous sommes mis à écrire différemment,  ensemble, là où avant Pacôme et Jim se chargeaient des compos.»

Révolution de poche pour le quintet : de cette approche démocratique choisie et révérée est née une direction musicale inédite. Abrasif, ambigu, leur songwriting anguleux et à tiroirs se fait sanguin et charnu ; le clip de leur premier single, “Growing”, qui sortira en février, devient révélateur de leur esprit de fronde.

Pas staliniens dans l’approche, ils souhaitaient aussi «amener du dur comme du bucolique» ; titiller un nerf comme du verre pilé, avancer sur la corde raide sans jamais naviguer à vue… Dans cette écologie parallèle, les textes du franco-suédois Jim prennent alors des sentiers de traverse, du cut up aux floraisons d’une Emily Dickinson, la dimension littéraire et poétique primant.

Comme un jeu de pistes, ces quatre premiers titres s’accompagnent, dans leur version digitale, d’autant de remixes accouchés par la fine fleur de la production actuelle (Saint Michel, Le Vasco, Tommy Jacob ou NightWorks, le 5ème membre de Metronomy) ; ils posent ainsi les bases d’une cartographie enchantée, entre chaleur et tensions, où la mélancolie, souvent, l’emporte sur le rayonnement. Petits poucets en leur royaume, celui d’une French Pop exigeante et lettrée dont ils redéfinissent et lustrent les contours, les Erevan Tusk allient le legs ensoleillé des Beach Boys à la matière grise de Talk Talk, et la science millimétrique de Metronomy aux explorations de Grizzly Bear.

Narration entortillée, pistes brouillées, piste aux étoiles : adepte du double sens sautillant et de l’abstraction qui fait mouche, la musique d’Erevan Tusk balaie le spectre d’un continent en devenir. De la terre à la lune, d’un terreau fertile à une bienveillante apesanteur et aux étoiles décrochées : Growing, d’une déconcertante et trompeuse facilité, vise l’universalité dans un esprit de corps et de cohésion. Avant les grands chantiers de l’album, la création d’un nouveau monde.

 

FacebookTwitterLinkedIn

growing

EP Growing - 2015