DELAURENTIS

Une musicienne, une productrice, une compositrice, une auteure, une interprète.

DeLaurentis est Une. Et plurielle

La petite fille qui regardait jouer son père, a vite compris qu’elle aussi pouvait faire jaillir et s’envoler des notes de musique de ses bras, de ses mains, de ses doigts

Avec cette révélation, son ciel s’est ouvert.

Elle ira d’abord au Conservatoire, pour mieux revenir plus tard dans sa chambre, où solitaire, elle apprendra à apprivoiser de nouveaux amis étranges: Des claviers, des machines, des ordinateurs.

Elle travaille. Beaucoup. Avec force et tempérament, plaisir et douceur.

La jeune femme devient ainsi, progressivement, DeLaurentis.

Elle découvre Paris, sort deux premiers EP. Des titres qui seront synchronisés, en pub, dans des séries US, mais aussi des vidéos qui sont remarquées comme « A Big Part Of A Big Sun »

Elle y construit autour de ses mélodies des murs de sons où cohabitent synthétiseurs contemporains et vintage, des pianos, des Loopers et contrôleurs.

On y découvre son univers si personnel, sa musique électro-cinématique, claire et obscure à la fois.

Mais elle veut aller encore plus loin. Explorer, encore, toujours.

La production de son premier album commence à l’été 2018 dans un studio aéré et lumineux sur le canal Saint-Martin à Paris, où elle passera deux années, approfondissant sans répit sa relation intime et si particulière avec ses instruments et ses technologies,

Et c’est ainsi que DeLaurentis crée et fait naître sa soeur numérique : Unica.

En 10 titres, ce véritable conte-pop-numérique raconte l’alliance des émotions d’une artiste humaine et de sa machine.

L’histoire forte et sensible de la rencontre de deux êtres d’aujourd’hui, dans un envoutant mélange de réalité et d’imaginaire, de chair et de processeurs, avec une maitrise sonore absolue s’appuyant sur des titres entêtants et implacablement efficaces.

Sa voix occupe le rôle de personnage principal de ces films sonores. Rythmique ou mélodique, harmonique ou vaporeuse, elle est le fil conducteur et la sève qui donne humanité à ses addictifs voyages synthétiques.

Ses inspirations musicales sont à la fois électroniques, contemporaines et cinématographiques. Elle s’inscrit dans une lignée d’artistes pour lesquels le rapport entre musique et image est fondamental dans le processus créatif. Ryuichi Sakamoto, Brian Eno, Jóhann Jóhannsson, Max richter, the Knife, Vaults, et surtout Laurie Anderson.

Sur cet album, DeLaurentis a collaboré avec Dan Black, Yaron Herman, Daymark et Fabien Waltman.

Le morceau « Somewhere in between » a été enregistré à l’aide d’une intelligence artificielle. Une « première » supervisée par Benoît Carré, pionnier en la matière.

Delaurentis, avec son album Unica, a su créer le trait d’union idéal entre la femme et la machine, elle est le chainon manquant entre la pop, l’électro et l’IA.

 

LIFE

Nostalgie pour un Kiss

LIFE

Nostalgie pour un Kiss

LIFE - 4 Seasons Remix